Musique de fin alternative pour Heat

Publié le par Captain Zissou

heat.jpg

 

 Michael Mann est réputé pour ses choix musicaux. Spécialement lorsqu'il s'agit de choisir des morceaux envoûtants chez des artistes comme Tangerine Dream, Moby ou encore Mogwaï. Moby qu'on retrouve d'ailleurs pour la fin de Heat avec le magnétique "God Moving Across the Face of the Water" issu d'album "Everything is Wrong". Paru la même année mais presque 8 mois avant le film, ce morceau aurait pu être remplacé par un morceau originale d'Elliot Goldenthal, compositeur du film. Nommé "Hand in Hand", titre plutôt explicite, et joué par le Kronos Quartet, ce morceau sonne moins définitif dans la conclusion du récit. Il est même plus sombre voir même funèbre. Alors qu'avec Moby il y a plus une sensation d'atmosphère électrique qui libère toute sa tension après une traque intense. Je pense que le choix de Mann s'est avéré être le bon car la puissance musicale du titre de Moby donne incontestablement des frissons. Vous pouvez vous faire votre propre avis en comparant les deux morceaux ci-dessous.

 

 

            Elliot Goldenthal - Hand in Hand

            Moby - God Moving Across the Face of the Water

Commenter cet article

tycho 15/04/2011 13:30


Merci pour cette découverte, je ne connaissais pas cette anecdote sur la bo de Heat. C'est clair que l'impact émotionnel du titre de moby libère une énergie prodigieuse. Ouf pour le choix de M.M.
même si Goldenthal et le kronos quartet n'ont rien a prouver, (le morceau d'intro est un pur chef d'oeuvre de mise en tension/bouche), Hand in hand fait un peu brouillon a coté. Chaque fois que
j'entend God move over the face of the water, je me remémore le mélange d'exaltation, et se sentiment de laché-prise/liberté/mélancolique je j'avais ressentis a la fin de la projection lors de la
sortie en salle. Je dois dire que heat a été une de mes plus fabuleuse expérience en salle, et après tout ce temps, l'émotion est intact, mystique (Je ne m'explique toujours pas pourquoi le film
m'a autant transformé). A noté que l'on retrouve un peu cette envolée dans le générique de fin de la trilogie Jason bourne et le extrême ways de moby (encore lui) nous permettant de revenir a la
réalité en douceur.